La DME en pratique

Ce sujet ayant intéressé nombre de mon lectorat chéri, je continue à creuser le sujet. Maintenant vous savez ce qu’est la DME et vous avez pu découvrir les impressions et le recul d’une super maman ici.

Je vais tenter de synthétiser les questions qui reviennent le plus et vous apporter mon avis et mon expérience avec la DME, concrètement.

– On dit qu’il faut débuter la DME quand l’enfant est prêt, mais comment sait-on que c’est le moment ?

Physiologiquement, l’enfant doit pouvoir tenir assis seul. Certains, pratiquant la motricité libre, attendent même qu’il trouve la position assise seul, ce qui peut s’avérer plus long (mais le lait étant la base de l’alimentation jusqu’à un an, rien ne presse dans l’absolu) Il doit être capable de saisir des objets (et donc les aliments) et les porter à sa bouche, seul. C’est ce qui assurera qu’il est prêt à gérer les morceaux et recracher ce qui ne passerait pas.

Bébé doit aussi montrer de l’intérêt pour les aliments : typiquement, mon Loulou veut tout tester dès qu’il me voit porter quelque chose à ma bouche, y compris mon mug de café ou un verre d’eau ! Quand votre enfant tente de saisir le contenu de votre assiette ou vous regarde d’un air alléché quand vous mangez vous pouvez y aller ! p

Concentration extrême dans la saisie de brocolis et carottes

– Pour éviter les fausses routes la DME doit être principalement proposée aux enfants qui sont allaités par rapport à la physiologie de déglutition, mais mon bébé va avoir des biberons, aura t’il toujours ce réflexe nauséeux ? // Mon bébé est biberonné, puis-je tenter ?

On dit en effet que les bébés allaités auront les mâchoires plus musclées et que cela facilitera la mastication même sans dents des aliments, et la poussée vers la gorge. Mais rien de bloquant si bébé boit au biberon ! Dans tous les cas, on ne laisse pas un enfant manger sans surveillance.

– J’ai très peur de la fausse route !

On conseille, surtout dans les débuts, de donner une tétée (ou un biberon) avant de proposer des aliments. Cela permettra de faciliter le réflexe nauséeux si un morceau passe mal : bébé régurgitera plus facilement si son petit estomac contient déjà du lait. Les fausses routes demeurent très rares. p

– Ma nounou ne voudra jamais tester la DME, si on utilise plusieurs méthode il ne va pas être perdu mon bébé ?

On peut tout à fait proposer à la fois des morceaux, des purées et compotes si Bébé les accepte facilement. Par contre, une fois qu’il a goûté aux morceaux, il est apparemment assez fréquent qu’il dédaigne les purées (on pourrait faire un parallèle avec la confusion sein-tétine par exemple). p

"Chuis trop fort ! Les courgettes c’est la vie !"

– J’ai commencé la diversification par des purées, je peux attaquer la DME alors que Bébé a 7, 9 mois ou plus ?

Pas de souci pour mixer DME et purées/compotes, par contre il faut de gros morceaux, au moins la taille de son poing, de façon à ce qu’il les saisisse seul et qu’il puise suçoter/grignoter ce qui dépasse. Avec le temps il gérera de mieux en mieux et réussira à manger même ce qui reste dans sa main. Pour la viande en particulier, plutôt de gros morceaux qu’il va suçoter, puis ce qui fonctionne bien quand la préhension est acquise, c’est carrément la viande hachée.

– La DME je suis convaincue, mais comment je m’en sors vis à vis des regards de la famille, du pédiatre ?

Le coup classique : dire à la famille que le pédiatre est d’accord, et dire au pédiatre ce qu’il mange sans préciser sous forme mixée ou solide 😉 Sinon, essayer d’expliquer tous les points que nous avons vus Mais si les oreilles restent hermétiques.. N’insistez pas et écoutez-vous et votre enfant ! J’ai la chance d’avoir trouvé une pédiatre qui me suit dans mes idées et qui m’accompagne parfaitement !
p

– Je veux tester la DME, j’ai vu qu’en fait on propose les mêmes repas à bébé, mais concrètement je fais quoi? c’est grave si les légumes ont cuit en sauce? 

Au départ on suit le schéma d’introduction classique : légumes cuits vapeur etc. Mais à partir de 8-9 mois la plupart des parents adeptes de la DME proposent effectivement les mêmes poêlées de légumes qu’au reste de la famille, et les mêmes plats de pâtes, viandes Et puis, si ce n’est déjà le cas, cette pratique incitera toute la famille à être plus attentive à son équilibre alimentaire ! p

– En pratique je sais qu’il y aura du ménage, mais une astuce pour limiter la casse ?

Placer une toile cirée sous Bébé, se munir de grands bavoirs-tabliers à manches longues, prier, avoir un chien-aspirateur ! p

Après l’assaut

– J’ai peur que bébé ne manque de légumes parce qu’au début il va juste téter et peu manger non ?

Au départ en effet il pourra ne consommer que peu de choses, mais le lait, comme précisé en début d’article, reste l’aliment principal au cours des douze premiers mois ! Donc pas de stress, laissez votre enfant avancer à son rythme 😉 p

– Au départ, je fais quoi ? je propose quoi ? les premières fois ça donne quoi ?

Chez nous, on commence donc par une petite tétée, histoire d’apaiser son appétit et prévenir les fausses routes comme décrit plus haut. Nous en sommes au tout début donc juste légumes le midi et un peu de fruits, et parfois fruits au goûter, pour le moment. Bébé est assis dans sa chaise haute et mange à côté de nous, je dispose ses aliments à même son plateau pour l’instant, puis ce sera  dans une assiette à ventouse par la suite.

Les légumes sont cuits vapeur et proposés tièdes, en gros tronçons, ou crus. Il faut résister à l’envie d’aider Bébé à porter les aliments à la bouche, le laisser se débrouiller, et ne pas verser de larme à la vue de la purée collante qu’il met partout sur lui et le sol !

Dans la DME on conseille de tout lui présenter à la fois : légumes, fruits, viande/poisson, fromage, féculents.. et c’est Bébé qui choisit l’ordre et les mélanges, mais ça, à chacun de voir comment on veut procéder 😉

Petit panel de courgette, tomate et pomme Granny

Les fruits peuvent se donner aussi bien crus que cuits, cela ne fera pas de tort aux petites dents qui le tarabustent ! Il parvient tout de même à apprécier sa pomme et la mâchouille longuement malgré sa dureté.

La pomme Granny, c’est la vie ! et on voit le restant de peau de tomate.

Quand il commence à montrer des signes d’impatience ou de fatigue, pas de stress : on arrête tout, peu importe ce qu’il a ou non mangé. Le repas doit rester un plaisir !

Ai-je répondu à vos questions ?

Je reviendrai sur notre évolution lors d’un point d’ici un mois !

Laisser un commentaire